Po. III

Gériclau

Vous pouvez lire ce livre pour 0,00 € avec Kindle Unlimited ; en découvrir gratuitement un extrait ; l'acheter...

Un clic sur la couverture

© 2014 - Le diable rimeur

ISBN : 979-10-94738-04-7

ASIN : B00LI2JIIY

Crédits photos gériclau & fotolia

 

 

 

Le diable rimeur

 

 

À l'origine, cet ouvrage était une petite pièce bouffonne. Pour une meilleure compréhension, nous l'avons transformée en nouvelle. La narration est en prose et les dialogues sont en alexandrins.

 

Léonard,Léonard, bourgeois sexagénaire, vivant seul en son châtelet, déployait l'aisance et la prospérité : ors, bijoux, toiles signées de noms célèbres, terres arables et forêts riches en essences. L’empilement de ces biens était dû à l’avarice d’une lignée d’ancêtres peu scrupuleux dont certains avaient, au fil des siècles, mauvaisement profité du bas peuple.

Léonard, seul, pas exactement, puisque depuis un an il a épousé Blanche, douce et voluptueuse jeune femme de vingt-cinq printemps, dont l’origine est précisément ce bas peuple que les ancêtres de Léonard exploitèrent.

La beauté fait oublier la souche.

Marcelin, religieux, confesseur et confident, sans le chercher sème le trouble dans le cœur et l’esprit de Blanche. Au nom de la tentation mutuelle, ils vont fauter ; et mettre en déroute le bel ordonnancement de la maison de Léonard.

Mais Léonard, dans l’ombre, entend bien ne pas se laisser déposséder de sa jeune femme ; car Blanche est plus une œuvre d’art, en son parterre de richesses, qu’une épouse liée à sa couche.

 

Strophe extraite : Chapitre I

 

Au fil des jours, chacun s'était observé ; chacun s'était habitué, chacun avait pris la posture.

 

Déposées à mes pieds ; ô combien de richesses,

Qui valent mille fois, abandons et tendresses ;

Il n’ose me toucher, me prendre et s’assouvir,

Et se contente au plus, de douceurs m’asservir.

 

Strophe extraite : Chapitre IV

 

Mon fol attachement, en vous frôlant madame

M'invite à m'incliner devant votre belle âme ;

L’extase m'ensorcelle effleurant votre peau,

Comble de mes ardeurs, je plante mon drapeau.

Ma promesse est tissée en chants d'apothéoses

Et je vêts votre corps de pétales de roses.

 

En finissant son compliment, Marcelin plongea une main dans son panier et lança au-dessus de la tête de Blanche des poignées de pétales de roses multicolores qui tombèrent en pluie sur l’élue.